France

UK
LE VILLAGE

Panoramique

 

Situé à la limite des départements de l'Aude et de la Haute-Garonne, le bourg est niché dans la vallée où le "Fresquel" prend sa source.


AGENDA


Distance : Baraigne est à 50 km de Toulouse et Carcassonne, à 12 km de Castelnaudary, 7 km de Salles/l'Hers et 5 km d'Avignonet.
Canton : de Salles/l'Hers.
Arrondissement : de Carcassonne.
Poste : de Salles/l'Hers.
Code postal : 11410 BARAIGNE
Code national : 11026
Habitants : 146.
Superficie : 476 hectares.
Altitude : 243 mètres.
Fête locale : Début Juin.


DESCRIPTION

Agrandir (175 Kb)
Type éclésial

Le village de Baraigne, de type ecclésial, est né de son lieu de culte.

A l'origine, l'habitat était groupé autour de l'église, sous une forme circulaire
Carte des souterrains
Souterrain du village
Sortie tunnel

Tracé supposé des
souterrains

Sortie du souterrain
du village

Sortie du souterrain de
Fissovent

Par la suite, la localité s'est développée au Nord et à l'Ouest de ce périmètre initial.
Aujourd'hui, cette structure régulière a disparu et aucun vestige ne révèle si elle était dotée d'une organisation défensive. Seul subsiste au nord, la sortie d'un souterrain permettant d'évacuer le village.
Dans les caves du château on peut également aperçevoir un départ ruiné de souterrain vers Caillavel, sa sortie est toujours visible à quelques distances de la ferme de Fissovent.
En 1980 un lotissement communal a étendu le périmètre du village vers l'Est, suivi d'un second en cours de construction.


LES CROIX

Pour conjurer le sort de la période glaciaire de la fin du XVIIIe, une croix est érigée au centre de la place du Plô. Datée de 1780 cette croix en fer forgé est l'oeuvre du sieur Cazala de Ricaud .
Cette dernière, ornée de larges feuilles recourbées, présente des extrémités en forme de fleur de lys et arbore également le cœur du Christ, la lance et le porte-éponge.
Elle a été récemment déplacée à la sortie Sud du village.

En 1873 une seconde croix en fer forgé est installée à l'entrée nord du village à la demande d'une mission religieuse. Elle est l'oeuvre des ateliers St Eloi de Toulouse.




LE MOULIN

A 1 kilomètre au Nord - Est du village, se dresse un moulin à vent.
A quelques dizaines de mètres au sud de celui-ci, s’élevait un autre moulin où les meuniers furent sauvagement assassinés en 1802.
Traînant difficilement une mauvaise réputation à la suite de ce forfait et plus ou moins laissé à l’abandon, il finit par s’écrouler pour être remplacé en 1830 par le moulin actuel.
Moulin 1970 Moulin 2010
Le moulin en 1970
Le moulin aujourd'hui
Le moulin fût racheté en 1873 par Michel Micouleau, décédé à Baraigne en 1907 à l’age de 70 ans.
Guillaume Micouleau, après avoir épousé la meunière de Belflou, prit la suite de son père. Il pratiqua son métier jusqu’à sa mort en 1944.
Pendant la guerre de 1939-45 où l’interdiction de moudre était imposée par les autorités d’occupation, il n’arrêta jamais son moulin; continuant au cours de cette période de faire en cachette de la farine de blé et de maïs avec le grain apportés par les habitants du village.
Jean Micouleau lui succéda jusqu’à l’arrêt définitif du moulin en 1954.
Avec son décès en 1983 disparaissait un des tous derniers meuniers à vent de la région.

L'édifice présente quelques particularités peu communes en Lauragais : deux zones de travail et fait très rare, ce moulin est pourvu de trois paires de meules.
La meule principale se situe au rez-de-chaussée, les deux autres dans la chambre du premier étage, où l'on accède par une petite échelle meunière extérieure de neuf marches.
Le moulin est actionné par seulement deux ailes, ce qui prouve la force des vents dans ce coin du Lauragais.
Le virage du toit s’effectue par crémaillère en actionnant une manivelle au premier étage.
Ce moulin est équipé d’un astucieux système d’alarme, quand le poids du grain devenait insuffisant dans la trémie, un bâtonnet solidaire remontait et libérait une clochette qui allait heurter l’axe tournant de la meule. Selon la longueur de la ficelle, la clochette tintait lorsqu’il ne restait plus dans la trémie que 10 à 30 litres de grain.
Malgré l'écroulement du toit qui laisse apparaître le grand rouet et une aile foudroyée, l'équipement du moulin est à peu prés complet.
 
Le moulin et son échelle meunière
La meule principale, levée pour être rhabillée. Elle est prise dans l’ « anse » et soulevée par la « potence » qui occupe le premier plan. Cette meule est en silex et mesure 1,70 m de diamètre, 0,32 m d’épaisseur et comporte 24 rayons.
Moulin agneaux

En outre, un moulin à huile de lin, déjà détruit au début du siècle, s'élevait dans le village.
Ainsi que deux moulins à pastel dont une des meules est toujours visible sur la place du village.


Vieux moulin Meule
Vestiges des dépendances de l'ancien moulin

Meule d'un moulin à pastel
place du Plô


LES FERMES
Borde-Basse
Bordeneuve
Cantareuil
Encallet
Encoumet
Fissavent
Malbirade
Le Moulin
Saint-Jean


Edition : © SD 2012 with Dreamweaver 8