France

UK
HISTOIRE DE LA REGION
Accueil UK

2000 av JC - 500 : Les Origines
500 - 1100 : Le Moyen Age
1100 - 1165 : Varanano
1165 - 1250 : L'époque "Cathare"
1250 - 1347 : Le Pardon
1348 - 1376 : La Peste Noire - La Guerre de Cent ans
1400 - 1560 : Le pastel
1560 - 1660 : La fin du pastel - Les Guerres de Religions
1660 - 1780 : Les réformes économiques
1780 - 1850 : La Révolution
1850 - 1900 : L'autre révolution
1900 - 1950 : Les deux Guerres
1950 - 2000 : Le second souffle

Titre histoire

De Toulouse à Narbonne...

L'Histoire de la région.

Bar-Avignonet

Préambule

Le texte qui suit ne fait pas l'objet d'une édition papier, bien que son impression dépasse les quarante pages.
Considérant qu'il s'agit d'un livre numérique, et présenté comme tel, j'ai voulu en composant ce texte, et en le mettant en ligne, qu'il profite au plus grand nombre. Les droits de copyright étant totalement utopique sur Internet, je souhaiterai seulement que les quelques personnes qui l'utiliseront, cite cette source : "S.Delestaing - Site Internet Baraigne - 2002".
Suivant la formule : "Tous les personnages de cette histoire ne sont pas fictifs et ont réellement existés, les évènements et lieux ne sont pas une pure coïncidence..." Bonne lecture.

A mes parents
A Jean-Pierre Cassabel mon professeur d'Histoire


2000 av JC - 500 : Les Origines

Si les traces préhistoriques sont assez nombreuses dans le département, aucune n'a livré de trésor notable.
Les objets et les armes trouvés dans les divers gisements montrent que la région bénificiait déjà d'une situation privilégiée par les grandes voies de passage.
Vers le VIe siècle avant notre ère, les Hébreux et les Grecs ont connu Narbonne : c'était la capitale de la tribu des Elisyques et un port fréquenté.

L'époque celte : Les Volques - Vers la fin du IVe siècle av JC, des envahisseurs, venus du nord, occupèrent presque toute la Gaule : ce furent les Celtes, divisés en divers peuples, dont l'un, les Volques Tectosages, domina de la Garonne à l'Hérault.
Les Volques trouvèrent un pays déjà partiellement organisé sous l'influence ibère et grecque.
Ils se mélangèrent sans trop de violence aux populations locales et n'essayèrent pas de constituer d'état.
Lorsque Hannibal, traversant la contrée, marcha sur l'Italie en - 218, il conclut des traités avec de nombreux chefs indigènes et ne rencontra aucune opposition.
Les Volques furent gagnés par l'influence de peuples trés civilisés : ils perdirent leur caractère celte et devinrent un peuple méditerranéen. Ainsi s'explique la transformation assez rapide de cette partie de la Gaule : progrés des cultures, création de centres fortifiés, accroissement des échanges commerciaux, et eurent pour conséquence les créations des villes de Carcasso (Carcassonne), Eburomagus (Bram), Sestomagus (Castelnaudary).
Narbonne, croissant sans cesse, attira l'attention des Romains par les commerçants italiens qui prenaient une large part au commerce dans la région, depuis la victoire de Rome sur Carthage.(13)

La Conquête Romaine - Elle fut le dernier acte d'une pénétration restée longtemps pacifique et commerciale. En - 125, Domitius Aenobarbus s'empara de Narbonne.
En - 118, le Romain Licinius Crassus conduisit un groupe de famille romaine à Narbonne pour y créer une colonie, et tout le pays audois passa sous la domination romaine.
Les tribus Volques étaient alliées des Romains, elles conservaient leur coutumes, leur princes, mais devaient fournir à Rome de l'argent et des soldats.
La domination romaine fut d'abord assez précaire, et à l'occasion de guerres civiles entre généraux romains, Narbonne se souleva.
Entre - 76 et - 79 sous l'administration de Manius Fonteius, le commerce prit de l'ampleur entre Narbonne et Toulouse le long de l'isthme audois : les marchandises, en amont de Narbonne, étaient transportées sur l'Atax (Aude). De nombreuses vignes, des oliviers furent plantés, le peuplier importé d'Italie, prospérait dans l'ouest de la région audoise.(13)

L'époque de César - A Narbonne, la première colonie romaine, trop peu nombreuse, avait peu à peu fondue dans la population indigène et de nombreux colons furent expédiés.
La conquête de la Gaule par César intéressa trés peu la région, depuis trois quarts de siécle, les Romains possédaient ces pays et s'en servaient comme base d'opérations. César y trouve des renforts en hommes, et ces "vaillants soldats" furent récompensés en leur accordant de nouveaux privilèges. Beaucoup d'habitants de Narbonne devinrent citoyens romains.
Ainsi, la région audoise se trouvait, vers le milieu du premier siècle avant notre ère, complètement réunie à l'Empire Romain, alors que le reste de la Gaule venait à peine d'être conquis par César.

La période Gallo-Romaine - A partir de l'époque de César et d'Auguste, la région de l'Aude, comme toute la province de la Narbonnaise, connut l'ordre et la paix et bénificia de l'organisation et de la richesse de l'Empire Romain.
Au début du premier siécle de notre ère, Narbonne était la plus grande ville de la Gaule, le port le plus important de la Méditerranée occidentale.
Dans les campagnes, les grands domaines ruraux ou villas exploitaient une grande partie du sol.
La langue celte disparut définitivement ainsi que toutes les anciennes traditions : le culte de Rome et de l'Empereur devint la principale religion.
La paix régna pendant plusieurs siècles, entraînant une prospérité remarquable.

En 27 avant notre ére, Auguste vint à Narbonne et organisa la province narbonnaise. Elle passait sous l'autorité du Sénat de Rome qui désignait le proconsul.
La Narbonnaise comprenait tout le Languedoc y compris Toulouse et la Provence. Le territoire était divisé en cités, la région audoise fût partagée entre la cité de Narbonne et la cité de Toulouse.
La voie romaine Narbonne -Toulouse, artère de la Province, recevait les voies de communications secondaires et était l'objet d'un intense trafic.(13)
A Avignonet au moins quinze sites gallo-romains sont encore aujourd'hui recensés. A Montferrand les romains avaient édifié une grande mansio. De grandes maisons s'alignaient le long de la voie d'Aquitaine, "Mutatio Elusione" le relais d'Elusio vers Naurouze.
Plus au sud vers Cumiés, où quelques romains s'étaient également installés, un important site a été récemment découvert.
Les chevaux et les hommes avaient pris l'habitude de s'arrêter naturellement au croisement des chemins d'Avignonet, Montferrand, Cumiés et du seul point d'eau qu'est la source du "Fresquel". Cette halte ce sera "Varianus"... Baraigne.
(14)
Romain IV


500 - 1100 : Le Moyen Age
LES WISIGOTHS- La civilisation romaine était encore très brillante, lorsque les Wisigoths apparurent dans la région vers 412.
Ces barbares déferleront sur une civilisation qui se laisse aller au farniente et dévasteront tout. Si bien qu'il reste très peu de traces historiques.
Les Wisigoths avaient réussi à former un grand royaume comprenant l'Espagne et la Gaule jusqu'à la Loire et au Rhône : Toulouse était la capitale. Mais ce grand état durera peu de temps. En 507, le roi Wisigoth Alaric II fut vaincu et tué par Clovis à Vouillé qui s'empara de toute l'Aquitaine.


Wisigots

Wisigots2
LES ARABES- En 711, l'Espagne fût conquise par les Arabes et le royaume Wisigoth disparut.
En 713, au cours d'une rapide expédition, le bourg de Carcassonne fût pillé.
En 719, Narbonne assiégée par le chef sarrazin El Samah, succomba. Les hommes furent tués, les femmes et les enfants amenés captifs en Espagne, mais il capitulera en 721 devant Toulouse.
Carcassonne subit le même sort en 725.
La domination arabe ne durera pas. Si Charles Martel ne put reprendre Narbonne aprés sa victoire de Poitiers en 732, son fils Pépin le Bref, y entra en 759, et les Arabes , chassés de la Septimanie n'y revinrent plus que pour de brusques razzias.

(14)

LA COLONISATION - Dévastée par les Sarrazins, ravagée par les campagnes de Charles Martel et de Pépin le Bref, la région audoise fut, vers la fin du VIIIe siècle, une véritable terre de colonisation.
Non seulement Pépin le Bref et Charlemagne voulurent installer solidement leur domination sur cette terre qui formait avec la Catalogne "La Marche d'Espagne", mais ils décidèrent aussi de donner à la religion catholique une force nouvelle pour mieux résister.
Ces rois accordèrent à des moines des terres, en général en friche avec quelques pauvres batiments. Mais ces moines ne se contentèrent pas de prier, installés à l'écart des villes et des grandes voies, ils créerent des abbayes et contribuérent à la remise en exploitation des campagnes désertes. Sur leurs terres qui échappaient à l'autorité des seigneurs locaux et qui jouissaient de précieux privilèges, de nombreux paysans vinrent s'installer.(13)
Pour la première fois, la région de l'Aude était réunie au royaume des Francs.
La chrétienté occidentale était sauvée.

En 778 Charlemagne créa le royaume d'Aquitaine. L'Eglise par ses abbayes commencait à avoir la main mise sur l'économie.
Bientôt furent construites les chapelles en pierre au milieu des villages aux maisons encore en torchis. (1)
A ce moment là on commença à creuser dans la roche les " crozes ", les silos à grains. Plusieurs sont connus dans la commune. La vie, la survie n'était qu'agricole et il fallait conserver, protéger un an de récolte.
Les seigneurs profitérent de ce renouveau. Ils élevérent les premières tours de défense car des bandes armées circulaient encore dans le midi, mais en échange ils annexèrent beaucoup de terre...
C'est à ce moment là, qu'Avignonet plus exposé devint village fortifié.
Pour Baraigne encore à l'abri au fond de sa vallée, ce fut pour plus tard.
Carolingiens(14)

France Xe
Mais au début du Xe siècle, la monarchie carolingienne perdit toute autorité sur le Midi. Les comtes devenus indépendants, furent les véritables maîtres et s'imposèrent, même à l'Eglise, désignant abbés, installant des évêques de leur choix.
La région audoise, comme tout le Midi, se sépara nettement des pays du nord du Massif Central : la langue d'Oc, née du latin, rapprocha beaucoup les gens de Toulouse, Carcassonne, Narbonne, Marseille, des habitants de la Catalogne, de la Provence, de l'Italie.(13)


1100 - 1165 Varanano

A partir du milieu du XIIe siècle, la féodalité mena une politique difficile entre le comté de Barcelone et le comté de Toulouse, qui eurent l'un et l'autre des prétentions sur la région audoise.
Le comte de Carcassonne étendit parfois son pouvoir bien au delà des limites de son comté, le comte Roger était maître du Razès, du Comminges, du pays de Foix, de Saissac, de Mirepoix, de Chalabre.
Par contre, l'ouest de la région audoise dépendait de plus en plus du Toulousain et le sud était convoité par les comtes de Cerdagne et du Roussillon.
Les abbayes subsistèrent, mais tombèrent souvent sous la dépendance des seigneurs laïques.
Dans les campagnes, la propriété franche et libre, fort rare dans d'autres provinces, se rencontrait fréquement. Ailleurs, la population, réunie en gros villages ou petites villes, s'abritait derrière des remparts et vivait en communauté.

En 1155, on note le premier témoignage manuscrit de la localité de Baraigne, sous le nom de " Varanano ".
C'est à cette époque que sera édifiée l'église : Sainte Marie de Baraigne.
Dans cette civilisation, beaucoup plus avancée que celle du nord, l'Eglise catholique avait longtemps gardé la première place : le pape Urbain II, revenant de prêcher la première croisade, était passé à Carcassonne et à Narbonne.
Cependant, au cours du XIIe siècle, une grande partie de la population échappa à l'influence de l'Eglise catholique : des prêtres et des evêques, originaires du pays, semblent avoir négligé l'étude et la prédiction. Beaucoup de gens du peuple devenaient indifférents, perdaient la foi.
Alors se propagea une hérésie, le catharisme : cette religion, d'origine orientale, parvint par les ports de la côte méditerranéenne et se répandit à Nîmes, Béziers, Carcassonne.
France 1100(14)
 

1165 - 1250 : L'époque "Cathare"
1250 - 1347 : Le Pardon
1348 - 1376 : La Peste Noire - La Guerre de Cent ans
1400 - 1560 : Le pastel
1560 - 1660 : La fin du pastel - La Réforme
1660 - 1780 : Le déclin
1780 - 1850 : La Révolution
1850 - 1900 : L'autre révolution
1900 - 1950 : Les deux Guerres
1950 - 2000 : Le second souffle
Edition : © SD 2012 with Dreamweaver 8
Free counter and web stats